Marcher : les bienfaits pour notre santé

Connaissez-vous un exercice plus facile à pratiquer que la marche ?

« (…) dans notre « société de culs-de-plomb », la sédentarité fait le lit du vieillissement précoce. Poser un pied devant l’autre est la solution la plus simple pour garder la pêche (…) »
Jean-Louis Etienne (Médecin et Explorateur)

Marcher ne nécessite aucune compétence. Peu coûteuse, elle peut être pratiquée à toute heure de la journée et n’impose aucune restriction d’âge.
Les avantages de la marche pour notre santé (corps et esprit) sont nombreux et vérifiés par la science :

  • Marcher seulement 40mn/jour peut réduire la pression artérielle chez les gens faisant de l’hypertension selon une étude coréenne présentée au congrès annuel de l’American College of Sports Medicine (ACSM). Lors de l’exercice, le flux sanguin augmente, ce qui provoque la dilatation des vaisseaux sanguins et la réduction de la pression ; facteur aussi de protection contre les accidents vasculaires cérébraux et les crises cardiaques.
  • Marcher accélère les échanges gazeux dans les poumons qui deviennent plus puissants.
  • Marcher sollicite le cerveau qui doit répondre à de nombreuses stimulations (visuelles, sonores, olfactives). Elle permet aussi de maintenir sa mémoire (cf vidéo France 5 Magasine de la Santé/Jean-Louis Etienne).

 

  • Marcher engendre une demande d’énergie plus élevée ce qui favorise la perte de poids.
  • Marcher augmente la production d’insuline par la stimulation du pancréas et du foie (circulation sanguine accrue dans tous les organes) ; l’insuline étant responsable de l’absorption du glucose (sucre) par les cellules du corps.
    Lorsque le corps ne sécrète pas suffisamment d’insuline, le glucose reste dans le sang et il peut produire du diabète.
  • Marcher réduit le risque d’ostéoporose grâce à l’impact du talon et le déroulé du pied au sol.
  • Marcher accélère la libération d’endorphine ; hormone responsable des sentiments de bien-être et de détente.

Et ce sentiment de bien-être peut être renforcé, en fin de marche, d’un moment tout aussi agréable par la « sollicitation des papilles gustatives ». (Cf l’article « La coque », recette d’Annie).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.